C’est assez rare. Un immense chef contesté. Et pourtant cela arrive. Ce jour-là, à la Scala de Milan, Carlos Kleiber dirigeait « Otello » de Giuseppe Verdi et une partie du public lui à fait savoir bruyamment son désaccord. Je n’en connais pas les raisons, mais ces pauvres gens ne savent même l’honneur qui leur a été fait, rien que par le fait de le voir en chaire et en os. Quant à sa direction, je ne sais pas ce qui a pu les gêner à ce point, mais venant d’un tel homme, elle ne pouvait être que magique.

Devant ces vociférations, on ne peut qu’admirer la maîtrise et l’impassibilité de Carlos Kleiber, chef inégalable, qui restera éternellement dans nos mémoires.

 

source :