Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 12:20

Sophie la girafe est-elle toxique?

Par figaro icon Jérémy MACCAUD - le 02/12/2011
L'association UFC-Que Choisir a accusé le célèbre jouet premier âge de contenir des traces d'un composé cancérogène : les nitrosamines. Une substance présente naturellement dans l'alimentation et inoffensive à faible exposition, relativise un expert.

 

Le jouet «Sophie la Girafe» est-il toxique pour les bébés ? C'est la question soulevée jeudi par l'UFC-Que Choisir. L'association a testé 30 jouets destinés aux moins de 3 ans afin de déceler des traces de toxicité. Le bilan est jugé «mitigé» par cette dernière. D'un côté, aucune trace de substances interdites, comme les phtalates, n'a été trouvée, ce qui est positif. De l'autre, 13 jouets sur 30 présentent des dérivés pétroliers et des substances considérés comme «cancérogènes probables ou possibles», aux États-Unis et en Europe.

La célèbre Sophie la Girafe fait partie des jouets ciblés par cette étude. D'après l'UFC-Que Choisir, une fois mâchouillée par les enfants, la girafe libérerait des précurseurs de nitrosamines, substance elle aussi considérée comme probablement cancérogène. Mais que les parents se rassurent, il n'y a pas de quoi s'alarmer. Les tests réalisés par l'UFC-Que Choisir sur Sophie ont montré qu'elle respecte les normes, notamment dans le cadre de la nouvelle directive européenne des jouets qui s'appliquera en 2013.

Les nitrosamines en question

Où est le problème alors ? L'UFC-Que Choisir demande à ce que la réglementation soit renforcée du fait que l'objet est destiné à la bouche des enfants. L'association s'appuie sur la législation en cours pour les tétines en latex des biberons. «Si elle appartenait à la famille des tétines où ces composés (les nitrosamines, ndlr) sont interdits, Sophie ne serait plus sur le marché», écrit l'association dans son article paru dans le magazine Que Choisir de décembre 2011. Une accusation balayée dans la foulée par Vulli, le fabricant haut-savoyard du jouet : «Sophie est fabriquée dans le respect des normes européennes et mondiales, ainsi tous les rapports d'analyse, tous sans exception, attestent de cette conformité et prouvent qu'il n'y a aucun danger pour les utilisateurs.»

Le Professeur Jean-François Narbonne, toxicologue et membre du comité d'experts de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire (Anses), se veut pour sa part rassurant : «Tout d'abord il faut savoir que les nitrosamines nous entourent dans la vie de tous les jours. Lorsque l'on mange, certains aliments sont susceptibles, en arrivant dans l'estomac, de provoquer une réaction chimique classique qui libère des nitrosamines». Quant aux effets nocifs sur l'humain, ils semblent être modérés. «Cette substance est étudiée et réétudiée depuis des années. Si son caractère cancérogène est attesté, il faudrait y être exposé vraiment longtemps pour être inquiété», précise le toxicologue. «Pour les adultes, les doses d'exposition sont généralement 100.000 voire un million de fois en dessous du seuil qui pourrait susciter des problèmes.»

Une prise de sang en cas de doute

Les plus jeunes, en plein développement, sont par définition plus sensibles, d'où l'article de l'UFC-Que Choisir qui demande un retrait de ces composés par prévention. Pour Jean-François Narbonne, il s'agit plus d'une question «de cadrage réglementaire que de cadrage sanitaire». «On est ici plus dans la précaution que dans le risque avéré et de la réalité scientifique», estime le professeur. «Pour imposer ce jouet à la réglementation des tétines, il faudrait d'abord établir que l'enfant le porte tout autant à la bouche qu'une tétine, ce qui n'est pas certain.»

En cas de doute, une solution existe. «Une simple prise de sang permet de voir la présence des nitrosamines», explique le Pr Narbonne. Quoiqu'il en soit, chez le fabricant de la girafe, on a pris les devants pour protéger ce produit phare, déjà écoulé à plus de 50 millions d'exemplaires en 50 ans. D'après une interview accordée au journal Le Monde , l'entreprise serait en train de mettre en œuvre un programme de modification de sa fabrication afin d'obtenir zéro trace de nitrosamine. D'ici là, Sophie la Girafe semble encore avoir sa place sous le sapin de Noël.

 

Source : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/12/02/16232-sophie-girafe-est-elle-toxique

Partager cet article

Repost 0

commentaires